Coordination éducation à l'image collège en Dordogne

Comme tout grand bouleversement, la crise du COVID 19 a signifié bien des inquiétudes d'abord liées à la santé physique de tous puis à la santé économique du pays et des territoires.

Mais il serait coupable d'oublier, dans cet état des lieux, la santé de la culture et de l'art qui nous nourrissent et contribuent à faire de nous de vrais êtres humains. Lors du confinement, le meilleur cinéma nous permit de vivre mieux par sa capacité à interroger le monde ou à susciter émotions et rêves. Mais il nous manquait à l'évidence deux dimensions : la salle de cinéma où le grand écran permet à l'imaginaire de mieux respirer et la dimension collective de la séance. Il serait triste et grave de ne pas reconquérir cet espace précieux et Ciné Passion par le biais de Collège au Cinéma assume sa part de reconquête d'un public jeune qui pourra retrouver le chemin de la salle dans les mois et années à venir.

Savoir se réinventer , s'adapter à un monde en transformation a toujours été dans l'ADN de Ciné Passion et cette crise a très tôt fait l'objet de réflexions et d'adaptations conséquentes avec le concours moral, logistique et financier du Conseil Départemental. L'entière gratuité des transports comme celle des entrées, effort conséquent pour faire vivre le dispositif, est doublé par la prise en compte rigoureuse de contraintes sanitaires nouvelles qui furent analysées avec une réactivité remarquable. L'offre de formation destinée aux enseignants elle aussi évolue et s'adapte sans pour autant perdre de sa diversité et de sa richesse. Cela est un engagement fort d'autant plus qu'un nombre croissant d'établissements s'associe au dispositif.

La DRAC, CANOPE, la DAAC et le réseau des exploitants de salles complètent le tableau de tous ceux qui font de Collège au cinéma un dispositif central de la culture dans notre territoire. Cette transmission qui est la tâche de tous, à commencer par les professeurs-relais, est certainement un enjeu culturel de taille mais aussi une question de société primordiale à l'heure où la création cinématographique comme le projet de société dans son entier connaît une remise en cause complexe qu'on espère positive et non mortifère. 

 Le programme 2020-2021 s'avère comme toujours éclectique. Les temps modernes (1931) de Charlie Chaplin ou ET (1982) de Steven Spielberg incarnent la nécessaire découverte des classiques qui comme chacun sait possèdent une jeunesse éternelle avec l' évidence mystérieuse des plus belles histoires d'amour ou d'amitié. Le cinéma d'animation plie le monde aux désirs de ses créateurs qui font surgir- avec un sens remarquable du travail collectif -la vie à partir de créatures dessinées ou sculptées entre autres techniques: Le tableau (2011) de JF Laguionie tout comme Brendan et le secret de Kells (2009) de Tom Moore reviennent ravir les collégiens de 6ème et 5ème. L'univers magique de Wes Anderson a bien des accointances avec l'absolue liberté du cinéma d'animation -il en a d'ailleurs conçus deux en stop motion- comme le prouve le virtuose Moonrise Kingdom (2012) , vert paradis des amours enfantines teinté de mélancolie et de drôlerie. Enfin, le nouvel entrant au catalogue ,Woman at war (2018) de Benedikt Erlingsson nous rappelle combien le cinéma sait parler de notre temps avec finesse : la question environnementale devient ici une fable surprenante où le lien entre nature humaine et Nature devient l' enjeu fondamental. 

 Le grand Charlie Chaplin disait : « Ce n'est pas la réalité qui compte dans un film, mais ce que l'imagination peut en faire. ». 

Jean-Jacques Manzanera

Catalogue collège et cinéma
Cahier des charges du dispositif collège



Envoyez-nous un message